Excellente idée que celle de Miss Yves du Cotentin.

Pour la Saint Valentin, elle nous offre la lecture du poème célèbre de Louise Labé, "je vis, je meurs; je brûle et me noie..."

http://photograff.blogspot.fr/

Ainsi, au temps des guerres de religion, savait-on parler aussi d'amour...Pour cela, il fallait bien une femme !

                                               

Quelques vers de Clément Marot...

« Louïze est tant gracieuse et tant belle, 
Louïze à tout est tant bien avenante, 
Louïze ha l’œil de si vive esticelle, 
Louïze ha face ou corps tant convenante… »

Consulter cette agréable page: http://cristolinette27.canalblog.com/archives/2015/02/01/31441153.html